C’est à Pau où il s’est installé après un passage par Toulouse que Wilfrid Lupano est passé du statut de gérant de café-concert à scénariste de bande dessinée. En vingt ans, le Palois est devenu un incontournable de la scène BD. Dernier succès en date : la série « Les Vieux Fourneaux », bientôt adaptée au cinéma.

Cheveux courts, barbe drue, petites lunettes cerclées sur des yeux clairs, Wilfrid Lupano, 46 ans, garde un look de jeune homme. Et une lucide distance vis-à-vis des bouleversements dans sa vie qui se résument en un mot : le succès. Car depuis 2014 et la sortie du premier volume des Vieux Fourneaux — une série mettant en scène trois octogénaires issus des Trente Glorieuses qui font les quatre cents coups — le scénariste de BD est passé du statut d’artiste reconnu à celui d’auteur bancable, qui permet de vendre des centaines de milliers d’exemplaires d’un album de BD. Résumons : après ses études d’anglais à Paris, ce natif de Nantes qui a passé sa jeunesse dans le Béarn regagne le sud-ouest pour travailler dans des bars-concerts à Pau et à Toulouse, où il gère notamment « le Filochard », un bar musical incontournable de la ville rose. Mais depuis la fin des années 90, le patron de bar a une seconde vie après la fermeture de son estaminet. « J’ai toujours beaucoup écrit. J’avais déjà eu l’occasion de le faire pour des copains qui voulaient faire des courts-métrages, par exemple. Puis, j’ai fait des jeux de rôles, où en tant que meneur de jeu, j’écrivais le scénario. Un jour à Pau, Roland Pignault et Fred Campoy m’ont proposé de travailler sur un projet qui débouchera sur “Little Big Joe” ». Lupano débute donc dans la BD sans se projeter, continuant de vivre de son premier métier jusqu’à ce que travailler la nuit lui pèse. « Cela faisait treize ans que je faisais ça. Et je commençais à avoir des éditeurs qui se disaient preneurs de nouveaux scénarios. J’ai abandonné le bar et enchaîné des bouquins — certains ont marché, d’autres ont eu moins de succès », confie le scénariste. « Alim le tanneur » dessiné par Virginie Augustin est le premier vrai succès en 2004. Trois albums suivront dans la série et en 2007 Wilfrid Lupano revient s’installer à Pau. Il enchaîne les BD jusqu’aux « Aventures de Sarkozix » en 2010, gros succès en librairie. L’autodidacte, amateur de littérature et de cinéma, qui aime s’inspirer des souvenirs de sa vie nocturne, est devenu un scénariste respecté, entiché des antihéros et pratiquant un humour facétieux mâtiné d’un peu de séditieux.

DE LA BD AU FILM
La sortie des « Vieux Fourneaux », BD dessinée par Paul Cauuet, vient consacrer son style. La BD met en scène les pérégrinations de trois copains d’enfance devenus octogénaires, confrontés à leur histoire et au regard de Sophie, petite-fille de Lucette, amour de leur jeunesse. Ex-anar, syndicaliste ou baroudeur, les papys font de la résistance dans un village du Tarn-et-Garonne pour aider Sophie à participer à une ZAD. Et se prouver qu’ils sont bien encore en vie. « En fait, on voulait surtout parler de la transmission, du monde que l’on laisse à la génération suivante, en s’attachant à cette génération née dans les années 30 qui a connu la plus grande accélération technologique de l’histoire de l’humanité. Celle qui a réalisé la conquête de la lune, la modification du génome humain, mais aussi créé le désastre écologique. C’est cette dualité qui
nous intéresse ; nous avions envie de faire le portrait de gens ordinaires qui se sont trompés, ont changé, bref qui ont une vie normale », explique le scénariste. Pari réussi puisque les ventes des quatre premiers tomes ont dépassé le million
d’exemplaires ! Et la BD va être portée à l’écran à la rentrée prochaine. Le film est en cours de montage, avec Pierre Richard, Eddy Mitchell et Roland Giraud. Sur un scénario signé… Lupano.

LOIN DU “STAR-SYSTEM”
Wilfrid Lupano n’a rien changé de sa vie paloise. « J’habite l’hypercentre et je suis tout le temps dans le coeur de Pau, où je fais de grandes marches pour trouver des idées. J’écris souvent dans les bars ou aux terrasses des cafés de la ville. L’avantage c’est que c’est assez anonyme un scénariste et c’est très bien comme ça. Même avec le film, je ne crains pas la célébrité pour laquelle je n’ai pas un énorme appétit. Ce sont les acteurs et le réalisateur que l’on verra en promo », dit-il. De quoi ne pas se disperser, continuer ses scénarios
en déjeunant au restaurant « La Fiancée du Désert » tout en fréquentant assidûment la librairie l’Escampette. Et à aimer se balader entre la vallée d’Aspe et le Pays Basque. Des respirations qui aident à travailler sur plusieurs sujets.
« Quand on est scénariste on n’est prisonnier de rien, on peut écrire sur tout ce qu’on veut, pourvu que l’on trouve le dessinateur et l’éditeur ». Une liberté qui lui permet de passer des « Vieux Fourneaux » au « Loup en slip », autre succès dans la catégorie « livre jeunesse », réalisé avec sa compagne Mayana Itoïz. Quant au tome 5 des « Vieux Fourneaux », il est déjà écrit. « Cauuet est sur les dessins », confie Lupano.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Entrez votre nom ici